Archivo

Archive for the ‘Platón’ Category

Leoncio y el deseo de ver // Léontios et le désir de voir // Leontius and the desire to see

Yo- De todas formas he escuchado algo que me invita a creerlo. Leoncio, el hijo de Aglaion, iba subiendo desde el Pireo por el muro exterior del lado norte cuando vio unos cadáveres depositados en una fosa común. Sintió al mismo tiempo el deseo de verlos y al mismo tiempo una repugnancia y el deseo de alejarse de allí. Luchó por un momento cubriéndose la cara con el abrigo, mas dominado finalmente por el deseo de ver,  abrió los ojos como platos y se acercó corriendo hasta los cadáveres diciendo: “ ¡Servíos vosotros mismos, demonios de perversión, y pegaos un atracón de las bellas vistas que se os ofrecen!”

gawking_1

Moi- D´ailleurs j´ai entendu une histoire qui me le ferait croire. Lèontios, le fils d´Aglaïon remontait du Pirée par le rempart exterieur côté nord. Il aperçut des cadavres déposés au charnier. Il eut en même temps le désir de regarder, et en même temps un mouvement de dégoût et de recul. Il lutta un moment, le manteau rabattu sur la tête. Mais dominé par son désir de voir, il écarquilla les yeux, courut jusqu´aux cadavres tout en disant: “Voilà, démons de perversión, jouissez pleinement de ce beau spectacle!”

le-desir-de-voir

Me- Anyhow, i´ve heard something that makes me believe it.Leontius, the son of Aglaion, was going up from the Piraeus along the outside of the North Wall when he saw some corpses lying at the executioners feet. He had an appetite to look at them but at the same time he was disgusted and turned away. For a time he struggled with himself and covered his face, but, finally overpowered by the appetite, he pushed his eyes wide open and rushed towards the corpses, saying, “Look for yourselves, you evil wretches, take your fill of the beautiful sight.”

Anuncios

The man of the strongbox // L´homme du coffre-fort 554

septiembre 11, 2016 Deja un comentario

Resultado de imagen de strongbox

Me– It´s pathetic, his only interest is money, he´s the man of the strongbox, gaining  the respect of the people. He is the type of man that corresponds to the oligarchic system, isn´t he?

Adimante– I think so. Both for the oligarchic city and for the man that lives therein money is the paramount issue.

Me-I don´t think that this man will care much about education.

Adimante– Certainly not, otherwise he wouldn´t go astray following the oligarch´s blindness. To that point he admires him.

Me– Indeed. But beware! The same desires as those which bumble-bees have, come along together with his lack of education and this man houses them.  Some, in the form of sheer beggary, others as desires to do harm. Only his trained awareness for security enables him to contain them.

Adimante– Exactly

……

Me– Thus, we can well gather what is at stake in the deals in which our oligarch engages, deals through which he gains reputation thanks to the appearance of justice. Our oligarch is an orderly person and he forces himself by dint of hard work in order to contain the pervert desires that he harbors. Yet he doesn´t arrive to talk some sense into these desires nor to calm them down through reasons, given that necessity and fear weigh on him triggered likely by the concern for the preservation of his wealth.

Adimante– Absolutely.

Me– But, for Christ´s sake, my dear friend, most of this type of people reveal themselves when it comes to public expenditure. At these moments you  catch sight of those bumble bees that haunt them: their desires.

Adimante-Definitely

Me– Such a man will certainly have to endure internal divisions: instead of one individual, he will be two. Still, one desire weighed against the other, let´s admit that in the case of this man the good ones will beat the wrong ones.

Adimante– Surely

Me– The oligarchic person has therefore a more presentable appearance than others. However as to the mental cohesion based on an internal harmony, he is far away from real excellence.

Adimante– I agree

Me– If brought to face a challenge against other members of the city, our knight of the savings will conduct himself in a stingy way, regardless of whether a victory or a noble ambition is at stake. Money will thwart every commitment on his side: neither glory nor competitions for glory will seem for him worth his money. He will be afraid to awake his spendthrift desires driven by belligerence or a desire for victories. His contributions to war will be meager given “the meager government” he represents, that is, the oligarch he is. He will come off worst but he´ll continue to be rich.

Jacques Cazeaux

The oligarch was formerly someone “keen on honour”. In him, therefore, the desire to shine and to win lies dormant. Stooped to the level of the inferior desire, the desire for money, and to a certain profligacy with respect to other people´s s goods,  he is caught in a manoeuvre of this last passion, which imitates generosity: under the pretence of glory… let´s go and spend… even our own money. The duality of this person risks turning against him, against even his “oligarchic” character itself. In a context of fight, emulation and eventually war the oligarchic individual is led to the ultimate vice of the oligarchic city: the disastrous parsimony in the war itself.

Resultado de imagen de coffre fort

Moi– En minable, il fait sur tout les bénéfices; il est l´homme du coffre-fort, comme ceux justement que le peuple considère. En tant qu´individu, il correspond au régime de l´oligarchie, n´est-ce pas?

Adimante– Je pense: c´est l´argent qui passe avant tout, dans la cité oligarchique comme chez notre homme.

Moi– Je ne crois pas que l´éducation l´ait bien préoccupé.

Adimante– Non, sans doute. Sinon, ce ne serait pas l´Aveugle qui mènerait le branle du fait de notre oligarche. Il l´estime tellement.

Moi– Très bien. Mais attention: comme des bourdons, les désirs ont accompagné en lui le manqué d´éducaction. Nous devons dire qu´ils l´habitent, les uns en simples mendiants, les autres en malfaiteurs, simplement contenus par les vigiles musclés don’t dispose en fonction d´autres impératifs une bonne surveillance.

Adimante– Certes.

Moi– On voit bien par là ce qu´il en est dans les autres engagements de notre oligarche, où il y gagne l´estime par une apparence de justice. Il est rangé; il prend sur lui pour contenir gentiment à la force du poignet les autres désirs pervers qui l´habitent. Mais il n´arrive pas à leur faire croire qu´il n´ y a pas mieux à faire , ni a les calmer par raison: c´est la nécessité et la peur qui agissent, car sa fortune, au demeurant, lui donne assez d´angoisses.

Adimante– Bien sûr.

Moi– Mais, grande Dieu, cher ami, la plupart des ges de ce modèle se révéleront dans les dépenses publiques: tu pourras alors voir ces bourdons qui les hantent-à savoir leurs désirs.

Adimante– Et là, pour de bon.

Moi– Bien entendu, un tel être connaîtra les divisions intestines: au lieu d´un individu, il será doublé. Mais, désirs contre désirs, mettons que chez lui la victoire aille aux bons et que les mauvais soient battus.

Adimante– Cela arrive

Moi– Alors, le personnage oligarchique será plus presentable que tant d´autres. Mais, s´il est vrai qu´elle est due à la cohesion mentale, fruit d´une harmonie bien établie interieurement, l´excellence veritable restera fort éloignée de lui.

Adimante– Je le crois

Moi– s´il faut relever un défi avec des particuliers de sa ville, notre chevalier de l´ épargne sera plutôt chiche, qu´il s´agisse d´une victoire ou d´une belle ambition. Son argent le retiendra: la gloire et les jouets glorieuses  ne valent pas qu´il le dépense. Il aura peur que le désir de la dépense précisément ne se réveille et ne vienne à la rescousse de la pugnacité et du gout des victoires. C´est avec peu de chose de son apport personnel qu´il fait la guerre, en bon “gouvernement du peu” qu´il est, en bon oligarche. Le plus souvent il a le dessous, mais il est riche…

Jacques Cazeaux

L´oligarche est un ancien “ami de l´honneur”. En lui sommeille la volonté de briller, de vaincre, donc. Ravalé au pouvoir du désir inférieur , du désir de l´argent, couplé á une certaine prodigalité des biens d´autrui, il est exposé á une manoeuvre de cette dernière passion, qui imite la largesse: sous couleur de gloire… dépensons…même notre propre bien. La dualité du personnage risque de se rétourner contre lui, contre son caractère même “ oligarchique”. Le contexte de lutte, d´émulation et finalement de guerre conduit l´individu oligarchique au dernier vice de la cité oligarchique, la parcimonie désastreuse dans la guerre elle-même.

The rotation ( Plato´s “Republic” 519) // La rotation ( “La République” de Platon 519)

septiembre 9, 2016 Deja un comentario

Resultado de imagen de turn-around

Me– However our discussion suggests that this faculty (knowledge) is already in every individual soul. And this organ, which enables us to learn, is much like the eye, incapable of turning towards brightness from darkness without the support of the whole body; the entire soul accompanies also this inner organ, abandoning the passing world thanks to a sort of rotation that makes accessible everything that exists and shines in the brightest light , which now the soul is capable of bearing. We are talking about  Good, aren´t we?

Glaucon– Yes

Me– Yet, in order for this turn-around to be easy and effective it´s necessary to be skilful in making the rotation. It´s not a question of letting in the sense of sight since this is, albeit askew, already at work in the individual that possesses it. Handiness is needed.

Glaucon– Absolutely

Me– As to the other perfections, the so-called virtues of the soul, they may indeed be like those of the body. If they are missing at the beginning, they can be introduced by means of regular exercise. But the faculty of knowledge belongs, apparently, to a godly reality whose essential activity never perishes: depending on the rotation, it may end up being helpful and useful or useless and harmful. You must have noticed the existence of mischievous people that are, for that matter, pretty smart. The piercing sight of their souls follows straightaway the direction signaled by their perversions. Precisely because it´s not a question of short-sightedness, the better they see , the more harm they do.

Resultado de imagen de retournement

Moi– Mais notre discussion suggère bien que cette faculté (la connaissance) se trouve déjà en toute âme individuelle. Et cet organe par où chacun réussit à apprendre ressemble à l´oeil, incapable sans l´accompagnement du corps tout entière de se tourner vers la clarté à partir d´un monde obscure; l´âme toute entière accompagne aussi cet organe interieur, en laissant le monde du devenir pour opèrer une sorte de rotation , jusqu´au moment où ce qui a l´existence et même ce qui y brille de la plus grande clarté lui seront accesibles, et qu´elle pourra désormais en supporter la vision- Il s´agit por nous du Bien, n´est-ce pas?

Glaucon– Oui

Moi-Or, c´est là qu´il faut un art de la rotation qui donne facilité et efficacité à ce retournement. Il ne s´agit pas d´introduire le sens de la vue; il faut, puisque l´individu l´a déjà, mais qu´il est simplement orienté de travers et qu´il ne regarde pas la bonne direction, il faut avoir le coup de main.

Glaucon-Évidemment.

Moi– Sans doute les autres perfectionnements intérieurs qu´on peut ainsi designer ont-ils de chances d´être en assez proche parallèle avec les perfectionnements physiques: certes, s´ils font défaut à l´origine, on peut les introduire en pregnant le pli à coup d´exercices. Mais la faculté de réflexion appartient á une réalité autrement divine, de toute évidence, dont l´activité essentielle ne déperit jamais: seulement, la rotation envisagée la rendra utile, interessante- et inutile, tout aussi bien, voire nuisible. Tu l´as remarqué, on entend parler d´individus mailfaisants, mais fort avisés, du reste. Leur semblant d´âme possède un regard aceré, une vue perçante portant dans la direction qui est ce qu´elle est: ce n´est pas que leur sens de la vue soit indigent, mais il est contraint à l´esclavage de la perversion, et, en fin de compte, mieux on y voit, et plus grand est le mal qu´on fait concrètement

Categorías:English, French, Platón

Épave de Glaucos

Les derniers jours de sa vie furent comme les derniers jours de ce navire sombré qu´on est enclin à voir sur la photo. À cause de sa maladie il avait du mal à bouger toute comme si la maladie était une espèce de boue ou de sable èpaise ne lui permettant de rien entamer, quand bien même il l´aurait voulu de toutes ses forces.

Ce fut quelque chose de pénible à voir, l´spectacle de l´ impuissance de ses derniers jours, car sa volonté, si fragile qu´elle ait été dans le passé, commençait à se montrer comme la proue emphatiquement survivante qui, d´emblée, attire l´attention de celui qui regarde l´image ci-dessus. Elle fut à même de surmonter des obstacles qu´on croyait insurmontables. A ce moment de sa vie, au moment juste où la maladie s´empâra de lui , il prenait, de fait, son élan.

Chaque fois qu´on met sous les yeux l´image de cette masse informe, si pareille à un bateau échoué qui s´efforce dans l´épaisseur des sables de continuer à naviguer, on ne peut que penser à lui en luttant contre l´ infirmité.

C´est la qualité lourde de cette lutte, le fait de l ´avoir prolonguée jusqu´au bout, ce qu´on admire , quoiqu´on se demande de fois si sa demeure dans l´épaisseur des sables, au contraire que celle d´une tortue qui y avance lentement pour pondre ses oeufs, ne fut pas une lutte condamnée d´avance à l échec.

Fut-il, ce lieu, vraiment le lieu de son échec? C´était la question que l´spectateur face à la photo se posait, alors qu´il se souvenait de cette periode où son maximum succés et sa chute la plus définitive coïncidèrent.

Saisi par la perplexité que toujours cette incongruité lui causait, l´spectateur se rapprocha de l´image , inclina la tête vers elle, puis il prit de la distance pour essayer de la mettre en perspective. Ensuite, il s´avoua qu´il n´y avait pas de perspective possible car l´espèce de bateau qui s´enfoncait dans l´épaisseur des sables n´était rien d´autre chose que la représentation de son dernier trajet avant de s´y fondre.

Platon-La République-Épilogue, scène 2:

“Le spectacle qui nous est offert,cependant, nous avance autant que la vue de Glaucos de la Mer a pu avancer les témoins. Il était difficile de voir sa forme primitive, d´origine, parce que les membres d´autrefois n´avaient pas résisté aux fractures ou à l´écrasement ou à un délitement total parmi les flots, et qu´il s´y était agregé des éléments étrangers, des coquillages, des algues, des pierres, et il avait plutôt l´air d´une bête quelconque que de lui-même en sa forme originelle. Et tel est aussi le spectacle que l´âme nous offre, du fait de misères sans nombre.”

 

 

¿Qué es una verdadera mentira? ( “La República”- Platón ) // Qu´est-ce que c´est un vrai mensonge? (“La République”- Platon)

Sócrates: ¿No sabes-le pregunté-que la verdadera mentira, si nos es permitido expresarnos así, es algo detestado por los Dioses y los hombres?

Adimante:¿ Una verdadera mentira? ¿A qué te refieres con ello?

Sócrates: Pienso en una mentira que afecta a la parte decisiva de uno mismo o que atañe a los valores decisivos. Una mentira así, sin embargo, repugna a todo el mundo y a nada se le teme más que a verla instalada en uno mismo.

Adimante: Sigo sin verlo.

Sócrates: Es porque esperas que te diga algo sublime. No. Me refiero simplemente a la mentira substancial, una mentira bien instalada en el alma, o sea la ignorancia, lo que ésta trae y hace que la mentira se instale a perpetuidad. Todo el mundo aborrece esto y un ser llegado a este punto provoca aversión.

Adimante: Más aún que aversión.

Sócrates: Por eso es legítimo decir lo que he dicho antes y llamar mentira verdadera a la ignorancia que habita en la víctima de la mentira. Respecto a las palabras que esa ignorancia hace pronunciar y que son, por lo tanto, mentirosas, no son sino una imitación de lo que pasa en el interior, una imagen secundaria, en absoluto la mentira en estado puro.

Adimante: Desde luego que no.

Sócrates: La mentira profunda provoca, sí, la aversión de los Dioses, mas también la de los hombres.

Players2green

Socrate: Tu ne sais pas que le vrai mensonge, si l´on peut dire, est universellement détesté des Dieux et des hommes?

Adimante: Un vrai mensonge: que veux tu dire par là?

Socrate: Mais ceci: un mensonge qui touche la partie décisive de soi-même ou ce qui engage les valeurs décisives. Or, ce mensonge répugne à tout le monde, et chacun redoute plus que tout de le voir installé en soi.

Adimante: Je ne comprends toujours pas.

Socrate: C´est que tu me prêtes une idée grandiose…Non: je dis simplement que le mensonge substantiel, un mensonge bien installé dans l´âme , c´est-à-dire l´ignorance, tout ce qui fait, tout ce qui installe le mensonge à demeure, répugne à tout le monde et provoque une aversión de tout l´être, quand il en est à ce point.

Adimante: Plus qu´une aversion, même.

Socrate: On pourra donc tout à fait légitimement faire comme je viens de faire, et appeler vrai mensonge, en somme, l´ignorance qui habite la victime du mensonge. Quant aux mots que cette ignorance fait prononcer et qui sont donc mesongers, il ne sont jamais qu´une imitation de ce qui se passé à l´intérieur, une image secondaire; ce n´est plus tout à fait un mensonge à l´état pur, n´est-ce pas?

Adimante: Non, plus tout à fait.

Socrate: Le mensonge profond attire l´aversion des Dieux, certes, et celle des hommes, également.