Les romans du train

Il avait commencé à lire le roman quelques jours auparavant. Il l´abandonna à cause d´affaires urgentes. Il l´ouvrit de nouveau dans le train en retournant à sa proprieté. Il se laissait gagner lentement par l´intrigue et les charactères des personnages.

Le roman présentait un homme qui essayait de lire un roman dans le compartiment d´un train. L´homme y était seul. Aparamment tranquille, il était intimement agacé par une affaire de son passé qui l´empechait de se concentrer sur la lecture d´un roman.

Dans ce roman  un homme, s´asseyant seul dans un compartiment de train, interrompait la lecture d´un roman et se mettait à évoquer une affaire troublante de son passé. L´affaire se rapportait à un incident qu´il avait eu quelques jours auparavant avec un autre voyageur qui était assis en face de lui dans un compartiment de train. Les deux hommes essayaient de lire le même roman. Les deux étaient habillés de la même façon.En fixant leurs regards les deux hommes étaient aussi agacés par la conviction troublante que l´un d´eux était de trop.

Alors, se mettant débout, un des hommes sort un couteau de sa poche et tue l´autre.

Quand le contrôleur arrive au compartiment , il ne trouve qu´un livre ouvert sur un des sièges.

Le contrôleur le prend et se met à le lire.

L´homme qui rétournait à sa proprieté dans le train avait laissé sa place pour aller aux toilettes. Après la lecture à moitié endormi de quelques lignes du roman, il avait voulu se soulager et se débarraser de la sensation étrange d´avoir les mains collantes de sang.

Au moment d´entrer dans le compartiment, l´homme surprend le contrôleur en train de lire le roman. Agacé par une affaire honteuse de son passé, le contrôleur enrougit et aux demandes de l´homme il avoue en sanglots qu´il n´avait acheté aucun billet lui donnant le droit de lire un roman qui ne lui appartenait pas.

Face aux demandes de plus en plus violentes de l´homme qui, hors de contrôle, tenait maintenant le rôle de contrôleur, le contrôleur reculait d´avantage sans pouvoir guère ranimer ses forces défaillantes.

Sur le point de lui assener un coup de couteau, le bras de l´homme qui retournait à sa proprieté se figa d´un coup en l´air, car dans la lutte survenue entre les deux hommes un coup de pied fortuit avait fermé le roman dont la couverture indiquait le titre: “Mein Kampf”

  1. Aún no hay comentarios.
  1. No trackbacks yet.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: