Archivo

Archive for 21 septiembre 2015

La cour

septiembre 21, 2015 Deja un comentario

Un homme entre deux âges est assis à son bureau. L´homme essaie d´écrire un récit qui le hante depuis quelques jours. Il est seul et a du mal à se concentrer car sa pièce se trouve entouré d´une cour sur laquelle donne la fenêtre de sa chambre. Des voix genantes ne cessent d´arriver des fenêtres voisines.

L´homme commence à avoir des formis dans les jambes. Il se frotte.

Plus le volume des voix voisines monte, plus sa crainte augmente qu´elles  l´empêchent d´écrire n´importe quoi.

Á cause de la chaleur l´homme ne peut pas fermer la fenêtre. Il regarde le montant qui laisse entrer et les voix  et un odeur de tabac melangé à celui de la nourriture.

Le fourmillement dans ses jambes gagne en intensité.

N´en pouvant plus l´homme jete l´stylo sur la table et prête l´oreille aux voix  qui montent de la cour.

À gauche de sa fenêtre la voix d´une vielle femme rageuse se plaint du bruit que fait le présentateur à la télé, qu´elle accuse en criant de l´avoir abandonnée pour une autre.

De l´autre côté de la cour une petite fille gueule après sa grand-mère et lui reproche de ne pas avoir fini le dîner qu´elle lui avait preparé avec tant d´amour.

Quelques instants de silence s´en suivent une fois que la colère des voix a atteint un volumen presque insupportable.

L´homme, se mettant débout, s´accoude sur l´appui de la fenêtre. Il voit dans la foulée la femme agée sauter dans le vide de la cour et la petite fille tirer un coup de feu sur sa grand-mère.

Puis, le silence survient à nouveau , le fourmillement dans ses jambes cesse et l´homme s´assied en toute tranquilité pour porsuivre le récit d´une femme suicidaire et d´une petite-fille meurtrière qu´il était en train d´écrire en cette nuite lourde du mois d´Août.

Anuncios

Nouvelle vague

septiembre 4, 2015 Deja un comentario

Ça sera vraiment joli

de pouvoir continuer notre aventure

en sillonant cette année

la vague inconnue

qui nous surviendra.

Pourtant,

aprés avoir appris

que plusieurs membres d´équipage

ont abandonné le navire

– le dernière, d´ailleurs, en fichant le camp en toute hâte-

je ne suis pas si sûr

que la poursuite soit garantie.

On verra…

Entre-temps,

je serai content de pouvoir surfer

cette vague

qui est survenue

alors que je t´écrivais en français.