Cul-de-sac

Au début il s´agissait de l´écouter. Il avait des problèmes, beaucoup de problèmes, des problèmes, à ce qu´il disait, insurmontables.

Dès mon enfance, en plus, j´ai été un bon chretien, un type qui sentait les problèmes d´autrui comme si c´étaient le siens. Du coup je songeais à ce que tout cela ait une fin hereuse. Aprés tant de sacrifice on en avait le droit, je pensai.

Alors, il s´agissait de l´écouter, voire de comprendre ces plaintes interminables, capricieuses, propres à un enfant raté qu´on aurait du haïr plutôt que d´aimer de toutes ses forces.

Je me rappelle du jour, où il ouvrit sa bouche pour la dernière fois.

Je n´ arrive pas à l´oublier parce que ce fut la première fois, pour lui d´avoir la chance de se plaindre avec raison, pour moi, d´être un mauvais chretien coupable de lui avoir déchargé mon revolver dans sa gueule.

  1. Aún no hay comentarios.
  1. No trackbacks yet.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: