Le Patron

L´homme claque la porte. On entend ses pas le long du couloir. Il a l´air d´être pressé, semble en plus être de mauvaise humeur. Son enfant a interrompu sa sieste, un manque de considération envers une personne comme lui, chargé dès sa jeunesse de tirer la charrue et nourrir sa vaste famille.

L´homme n´est pas grand, plutôt petit. Sa figure s´allonge, néanmoins, lors qu´il parle à haute voix sur son portable. Il s´ occupe de ses  affaires, quells qu´ils soient.

L´homme porte des bottines et sa coiffure est parfaitement laquée. Sa tête bronzée ressort du col de sa chemise beige. Aprés avoir éteint le portable et l´avoir mis dans la poche, il rabat le col de sa veste, qui était plié vers le haut, quoiqu´il ne fasse pas froid. Puis l´homme enlève ses bottines, donne sa veste à une femme pour qu´elle la place quelque part et, se déchaussant, il met des chaussons afin de se sentir comme à la maison.

L´homme était , de fait, chez lui, car il venait d´entrer au siège de son entreprise.

L´homme s´assied dans un fauteuil tournant en cuir, décroche le téléphone dans son bureau et tout d´un coup la mauvaise humeur du début lasse place à des sourires complaisants, pour ne pas dire obsequieux. Il amorce alors une conversation avec quelq´un qu´il respecte.

Juste à ce moment un employé l´interrompt en essayant de lui dire qu´un ouvrier venait de tomber depuis le toit d´un batîment que son entreprise construisait.

L´homme n´arrive pas à l´entendre car il se met à pousser des cris comme un fou en remarquant que personne n´est autorisé à faire irruption dans son bureau pour l´interrompre.

L´employé recule, ferme la porte du bureau et s´en va.

Ensuite l´homme se calme et un sourire aparait à nouveau sur son visage alors qu´il poursuit la conversation téléphonique avec ce quelqu´un qu´il respecte.

Finalement il raccroche. En serrant le téléphone des deux mains, il se dit :

“Mission accomplie. Peu importe le prix, mais après cette transaction-échantillon du prestige le plus haut- je tiendrai sans doute le haut du pavé”

Aprés quoi l´homme se frotte hereux les mains. Il n´empêche que quelques minutes plus tard il gueule le subordonée chargé de transcrire les termes de la transaction.

  1. Aún no hay comentarios.
  1. No trackbacks yet.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: