Une lettre amicale

Mon cher ami,

Peut-être que tu te rappelles. J´avoue que cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus, mais je n´arrive pas à oublier. Nous étions si proches!

Le ciel toujours bleu, le sable, la mer et nous deux nous amusant avec les autres qui, comme nous, étaient habillés en maillot, la poitrine gonflée et les visages défiants, au milieu d´une plage si vaste qu´on était enclin à la confondre avec quelque chose au délà d´elle.

Oui, c´est vrai que des fois je m´attarde sur ce genre de souvenirs. On pourrait même dire que j´ai développé ce penchant presque malgré moi, moi, qui me vante d´être un type dur, la mâchoire toujours serrée et toujours en garde d´un coup en traître. Pourtant la nostalgie de temps à autre s´empare de moi et je me mets a t´évoquer, à nous évoquer, sur cette plage, sous le ciel bleu, sur notre enfance.

Qu´est-ce qui s´est passé entre-temps?

Dans quel lieu étrange nos âmes ont-elles fini par se trouver?

Ça fait longtemps que tu as disparu et maintenant je me pose des questions que je voudrais t´adresser face à face.

“Tous les hommes sont ennemis de tous les hommes et tout aussi bien dans la vie privée chaque individu est un ennemi pour lui même” dit Platon dans un de ses dialogues.

Lorsque nous nous bagarrions tout en nous amusant sur la plage de notre enfance, mon bonheur ne s´attendait pas à la cruauté que ces mots renferment. Et le tien?

Amicalement

  1. Aún no hay comentarios.
  1. No trackbacks yet.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: