Inicio > Des histoires, French, La Rochelle 16/03/2014 > À la plage, en quête du pétrole

À la plage, en quête du pétrole

Voilá qu´aprés avoir teté ma mère, je me trouve à la fin tout seul á la plage et content de l´être. Mes parents ne sont pas loin de moi mais ils se font bronzer allongés sur leurs serviettes de plage et parlent de n´importe quoi avec leurs amis.

Par contre je me concentre sur une tâche bien differente qui me trouble despuis hier, lorsque j´ai entendu mon père se plaindre de son chef en disant qu´il- mon père- veut devenir riche  pour ne pas dépendre d´aucun conard.

Pour mieux pouvoir me concentrer sur cette tâche, il ne faut pas forcément  que j´aie la sucette dans ma bouche mais il est tout à fait necessaire que je porte un chapeau bien enfoncé dans ma tête de sorte qu´il me protège des rayons genants du soleil.

L´affaire dont je me suis pris en charge peut sembler simple pour un adulte. Rien plus facile aparemment que de se servir d´un seau et d´une pelle en plastique lorsqu´on est à la plage et dispose autour de soi de toute la sable du monde pour creuser à plaisir.

Mais les adultes, y compris mes parents, se trompent comme toujours. En realité c´est un vrai mystère , ce que je m´éfforce à dévoiler et ce dévoilement demande que je prends ma tâche au serieux au lieu de me faire bronzer ou de me mettre à bavarder avec des amis.

Voici l´enigme qui j´aimerais résoudre, un vrai casse-tête que je voudrais conclure sans l´aide de personne : comment est´ce que je peux arriver à m´en sortir avec ces trucs en plastique qui se trouvent devant moi et qui, à ce que j´ai entendu à mon père, doivent former un ensemble d´outils dont la combinaison me permettra de creuser jusqu´au fond de la plage et, trouvant ainsi du petróle, finira pour me rendre l´enfant le plus riche du village où je passe mes vacances avec mes parents?

C´était la question fondamentale à laquelle au moment de la photo je m´adonnais de toutes mes forces  tout en ignorant ce qui ne rélevait pas d´elle.

Depuis, le temps est passé et je ne suis plus l´enfant sur l´image. Malhereusement  ce jour-là je n´ai pas reussi à trouver  du pétrole et , du coup, je ne suis pas devenu riche. En fait, peu de temps après la prise de la photo, ma mère m´a pris dans ses bras pour changer ma couche mouillée.

Neánmoins j´ai le sentiment qu´il en reste toujours quelque chose. Pas la couche dont je n´ai plus besoin, pas non plus la sucette que je n´avait  même pas au moment saisi par l´ instantané, mais plutôt l´ensemble de trucs en plastique qui, au fil des années, se sont transformés en mots, mots auxquels- j´en suis covaincu- je puiserai un jour du pétrole.

  1. Aún no hay comentarios.
  1. No trackbacks yet.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: