Masturbations municipales

Ce billet puise à deux sources. D´un côté il tient à un article publié par le jounaliste espagnol Santiago Gonzalez dans son blog le 07/09/2012 et  d´un autre côté  à un article publié à l´égard du même sujet par l´écrivain espagnol Jon Juaristi le 09/09/2012. Voiçi les liens aux originaux en espagnol:

http://paralalibertad.org/ejemplaridades/

http://santiagonzalez.wordpress.com/2012/09/07/rectifico-concejala/

Çi-dessous un résumé en français. Je m´excuse en avance pour les erreurs de traduction.

Faits

Le 06/09/2012 une vive polemique a eclaté en Espagne à cause de la diffusion sur Internet d´une video d´une conseillère municipale d´un village près de Madrid. Il s´agissait d´ une video erotique qui montrait la conseillère en se masturbant.

Le premier jour

Les mèdias ont fait un récit des événements selon lequel la conseillère municipale aurait enregistré la video pour son mari et avec son portable. Ce récit puisait à la source des declarations de la conseillère qui pointaient du doigt le maire et son entourage comme de possibles sources du vol de la video et de l´ ulterieure diffusion des images.

Il faut ajouter que la conseillère municipale appartenait au parti socialiste alors que la mairie ètait dans les mains du parti contraire, soit, le parti populaire.

Le lendemain

Les mèdias mettaient au jour plus d´informations sur le cas.

D´aprés ces derniers renseignements le destinataire de la video erotique loin d´être le mari de la conseillère, était un gars de 27 ans qui jouait comme gardien de but dans l´equipe local et avec qui la conseillère avait une liaison. À ce qu´il semble, elle aurait voulu rompre la liaison et le mec aurait rèagi par dépit en diffusant la video sur Internet.

Suite

Désormais on ne peut plus parler de vol des images de la conseillère. Point de vol aurait eu lieu, compte tenu que les images ont été envoyées à dessein par la conseillère au gardien de but

Mensonge privé et mensonge publique

D´un part la conseillère aurait menti à son mari vu que les images n´étaient pas lui destinées. Ce mensonge pourtant n´a aucune portée publique. D´autre part on trouve un mensonge qui a en fait une portée publique lorsque la conseillère declare à l´égard de l´affaire qu´il y avait une conspiration contre elle organisée depuis la mairie tout en sachant qui était en verité le destinataire de la video: le jeune enfoiré.

Victimes et coupables

La conseillère municipale a été victime en effet d´un abus de confiance commis par son ancien amant.

En vue des faits réels on peut se poser la question sur la responsabilité publique de la propre victime dans toute cette affaire et sur la legitimité de la censure publique.

Une brève réflection sur l´ imprudence et  la legitimité de la censure publique

D´emblèe tout cela a suscité une réaction très tipique qui se reflète dans les commentaires d´une voisine du village. Voiçi:

 “ Si son mari lui a pardonné, qui sommes nous pour la critiquer”

Cette voisine pourtant se trompe car c´est qu´est à censurer dans la conduite de la conseillère ce n´est pas le contenu de la video sinon l´imprudence qu´elle a montré en mettant l´enregistrement à la disposition de ce qui le diffusera sur internet. Le juge devra juger si cette diffusion est un délit ou une faute en tant qu´abus de la confiance. Neanmoins on ne peut pas parler là-dessus d´une atteinte à l´intimité car c´était la conseillère elle même qui aurait porté cette atteinte à sa propre intimité.

C´est le droit à la censure publique des actions imprudentes menées par des personnes investis de l´autorité,  ce qui attire plutôt l´interêt dans ce cas. Cette censure peut être non seulement legitime mais aussi necessaire.

Dans des pays serieux comme les États-Unis, par exemple, l´exemplarité publique est appliqué à la lettre et pas (ou pas seulement) à cause du puritanisme. Les citoyens nord-américains savent que l´autorité qui se comporte d´une façon negligée en ce qui concerne ses transgressions sexuelles devient l´objet potentiel des menaces et des chantages. À cette égard on peut prendre deux cas.

D´un côté la figure de Kennedy proche à celle d´un Casanova. Ses compagnes pourtant ont été discrètes et aucune protestation publique a troublé ses plaisirs privés. D´un autre côté la figure de Clinton qui a eu une liaison avec une boursière maline. Voilá deux exemples opposés d´un même contenu.

L´imprudence n´est pas en soi même de la corruption mais facilite l´accès à celle-çi autant que la convoitise du bien d´autrui peut le faire.

Aucun voisin du village peut imposer la démission de la conseillère. Ça n´empêche pas que les voisins du village puissent la demander.

Pour recupèrer son honorabilité la conseillère n´avait qu´un choix: démissionner comme ètait son propos au début, en avouant une imprudence bête qui a entrainé la perte de l´exemplarité publique exigible à toute autorité.

En fait elle a choisi de faire une autre chose: elle s´est mise à l´abri d´une campagne qui la disculpe et en confondant le privé et le public elle occupe toujours son poste.

  1. Aún no hay comentarios.
  1. No trackbacks yet.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: